Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 17:30

Le respect des engagements de campagne est un objectif noble. Néanmoins, quand la mesure est jugée inique, il est normal qu’elle trouve des obstacles dans sa mise en forme. C’est précisément le cas de la suppression pour 80% des foyers fiscaux, de la taxe d’habitation.  


En politique, l’histoire se répète souvent. En effet, les erreurs de début de mandat se transforment souvent en boulets que le pouvoir doit trainer au fils des ans. Imaginées au coin d’une table par des tacticiens politiques, ces mesures sont développées plus par électoralisme que par intérêt de la France. Souvenez-vous de la taxe à 75% de M. HOLLANDE. Baisser la taxe d’habitation pour 80% des ménages, voilà de quoi caresser les électeurs dans le sens du poils !

 

Mais aujourd’hui, le Président MACRON se retrouve piégé. Si réforme de la fiscalité locale il doit y avoir, elle ne doit pas se faire au détriment des collectivité territoriales et surtout IQ option des communes. Certes, la taxe d’habitation dans son calcul doit être revue. Mais pourquoi alors la maintenir pour 20% des foyers fiscaux. Parallèlement, comment peut-on accepter que l’autonomie financière des collectivités territoriales, qui a valeur constitutionnelle, soit ainsi mise à mal. De plus, la compensation de l’Etat, annoncée par M. MACRON ne sera surement pas pérenne. Enfin, le lien entre citoyens-contribuables et collectivités territoriales s’en trouvera totalement dévitalisé.

 

Sur ce sujet, la précipitation soudaine du chef de l’Etat doit laisser la place à la réflexion et au dialogue. Alors que celui qui hier encore était Ministre de l’économie feignant de découvrir l’état de nos finances publiques vient d’annoncer sa décision de saigner les collectivités territoriales de 13 milliards d’euros, il serait temps d’ouvrir un vrai dialogue avec les élus locaux sur l’ensemble des questions fiscales. C’est mon souhait, c’est surtout une impérieuse nécessité.

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 10:01

Pierre de VILLIERS est un militaire brillant, reconnu par tous pour ses compétences. Au poste de Chef d’Etat Major des Armées, il a coordonné, notamment, les interventions françaises au Sahel, ainsi qu’au Levant. Avec mes collègues sénateurs, nous avons, à plusieurs reprises, échangé avec lui dans le cadre de la Commission des Affaires étrangères et des Forces armées et jugé de ses qualités.

 

Sa démission est une très mauvaise nouvelle pour la France, au moment où la Nation doit prioriser ce secteur de la défense. Le Chef de l’Etat ne mesure pas l’impact de ce départ. Pourtant, M. MACRON avait annoncé vouloir porter le budget de la défense à 2% du PIB. Aujourd’hui, cette démission vient dénoncer la baisse des crédits alloués à l’Armée et la grogne des militaires qui n’ont plus les moyens d’agir correctement. Alors que tous nos voisins, l’Allemagne en tête, font de nouveaux efforts dans ce domaine, la France ne peut rester à la traine.

 

Le Président de la République, chef des Armées, doit retrouver la raison sur les questions militaires. Je lui demande de revoir sa copie, de rehausser ses ambitions pour nos armées sans quoi la puissance, le prestige, mais surtout la sécurité de notre pays,i risquent d’être durement fragilisés. 

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 11:56

J’ai écouté avec beaucoup d’attention le président de la République s’exprimer devant le congrès. Comme il l’avait indiqué et comme le lui permet la Constitution, le chef de l’Etat est intervenu dans ce cadre. 

 

Dans ses propos peu de choses, mis à part des mesures déjà annoncées durant la campagne. Je suis favorable à plusieurs dispositions comme la réduction du nombre des parlementaires, la réduction de l’inflation législative ou la mise en place d’une conférence des territoires. Je suis plus mesuré sur la réduction des mandats dans le temps, notamment pour les maires des petites communes, la suppression de la cour de Justice de la République, qui devra garantir le bon fonctionnement de l’action de l’exécutif ou la suppression de l’état d’urgence, qui risque d’être remis en question par l’actualité. Je suis totalement opposé à la mise en place de la proportionnelle pour les élections législatives, comme ce fut le cas en 1986 ou bien sous la 4ème République.  

 

L’intérêt du discours n’était pas dans ses propositions, mais dans sa vision du quinquennat sa vision d’action et la pédagogie des réformes. Dans son très long discours, trop surement, aux accents messianiques, de l’espérance, trop d’espérance peut-être, peu de concret, beaucoup d’abstrait et de bonne volonté. Un véritable projet de société que le président de la République souhaite voir partagé par le plus grand nombre, nommant ses adversaires de « sectaires ou doctrinaires ». Sans propositions nouvelles, je ne vais pas m’opposer pour m’opposer. Néanmoins, je ne veux  pas abdiquer ma liberté, ma conscience, pour pouvoir à l’avenir juger avec le plus d’objectivité possible les actions du gouvernement. L’opposition politique est nécessaire dans une démocratie, sans quoi elle risque de mourir. 

 

D’ailleurs, je trouve surprenantes, voire inquiétantes, la vision du chef de l’Etat sur l’action du Parlement. Il est le garant du bon ordre de nos institutions. Aussi, je ne peux accepter qu’il impose son fonctionnement du Parlement, alors que c’est à nous parlementaires d’imaginer ce que nous souhaitons pour nos chambres, la procédure législative et le contrôle du gouvernement. C’est une attaque surprenante de la séparation des pouvoirs. Je suis et je resterai un défenseur des droits du Parlement et du bicamérisme.

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 11:26

La France perd une mère, une grand-mère tant la relation entre Mme Simone Veil et les français revêt une forme d’amour. Les hommages affluent et les mots semblent, en effet, ne pas suffire pour décrire l’admiration que nous portions à Simone Veil.

 

Sa vie durant, Mme Veil a combattu les souffrances. Celles des camps de concentration d’abord qui ont décimé sa famille. Celles des femmes ensuite en faisant adopter la Loi sur l’interruption volontaire de grossesse avec un aplomb et une détermination qui forcent le respect.  Académicienne, membre du conseil constitutionnel, première présidente du Parlemente européen, l’ancienne ministre de la santé que j’ai eu l’honneur de rencontrer était une femme de caractère, douce et volontaire, sans palabre inutile. Cette disparition est également symbolique pour les Nîmois.

 

Le 8 mars 2014, la Ville de Nîmes a honoré, à travers la dénomination du centre socio culturel de Valdegour, cette femme d’engagement et de cœur. Avec son accord, j’avais eu la fierté de procéder à ce baptême hautement symbolique.   Plus récemment, nous avions noué des contacts dans le cadre de notre démarche UNESCO, à laquelle elle était très sensible.

 

La vie de Madame Veil est celle d’une française du 20ème siècle, moderne, en avance sur l’histoire, républicaine et morale, rebelle et féministe, indépendante convaincue, insoumise et courageuse, surtout courageuse ! 

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 14:27

Je regrette vivement que la SNCF ait fait le choix d’interrompre la circulation des trains en gare de Nîmes en plein pont de l’ascension entre le vendredi 26 et le dimanche 28 mai, tout comme je ne comprends pas comment a pu être décidé d’interrompre cette circulation en plein week-end de la Féria. C’est un coup dur pour le commerce Nîmois et l’économie Touristique.

J’ai dit aux dirigeants de la SNCF à quel point ces décisions unilatérales étaient inadmissibles et je déplore que des choix aussi impactant soient pris sans information préalable ni concertation avec la commune.

J’ai été partiellement entendu, puisqu’un plan de transport de substitution et une campagne d’information, non prévus initialement seront finalement mis en place pour la Féria.

Je veux croire en la bonne volonté de la SNCF qui s’est engagée à renforcer la collaboration avec la ville de Nîmes et à mener, dans les mois à venir, plusieurs actions de valorisation et de promotion touristique de la destination Nîmes afin de tenter de « rattraper » les effets négatifs pour l’économie locale de ces interruptions de desserte de la gare de Nîmes en période traditionnelle d’activité intense.

J’attends désormais que tous ces engagements soient formalisés par les directions régionales malheureusement désormais implantées en région toulousaine. Je serai très attentif à ce que ce type d’épisode ne se reproduise pas à l’avenir.

Je veux faire le pari d’une ambition commune à l’horizon de l’ouverture de la gare nouvelle de Nîmes-Manduel

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 18:03

Le Bureau politique Les Républicains a fait le choix responsable de réaffirmer que notre opposition aux thèses du Front National était constitutive de notre identité politique. C’est le combat que j’ai mené de tous temps sans la moindre ambiguïté.

 

Si je ne donnerai pas de consigne de vote pour dimanche prochain, je voudrais rappeler à nos concitoyens que de nombreux peuples luttent aujourd’hui pour obtenir le droit de vote pour lequel nos ancêtres ont versé le sang. C’est pourquoi je ne suis pas et ne serai jamais favorable à l’abstention dans un scrutin aussi majeur que l’élection Présidentielle.

Notre rejet de la candidate du Front National pourra donc s’exprimer de deux manières, soit en votant pour Emmanuel Macron, ce que je ferai à titre strictement personnel tout en le combattant assidument dès le 8 mai, soit par le vote blanc.

 

Je sais les questions que se posent nos électeurs et je les comprends d’autant plus que le comportement de certains centristes prêts à participer à une coalition avec le fondateur d’En Marche ! est une forme de trahison intolérable. C’est pourquoi je les invite clairement à nouveau à se mobiliser avec force pour les élections législatives afin de permettre l’émergence d’une majorité nette, sans compromission ni coalition, portée par nos candidats les Républicains. 

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article

Jean-Paul Fournier